Gustave Kahn

 

 

La Littérature des jeunes et son orientation actuelle

[Auszug]

 

Text
Editionsbericht
Werkverzeichnis
Literatur

»   »   »
Texte zur Baudelaire-Rezeption
Texte zur Verlaine-Rezeption
Texte zur Mallarmé-Rezeption
Texte zur Theorie und Rezeption des Symbolismus

 

Les Naturistes, dans le fond, ne seraient pas très distincts des Toulousains, ou des poètes vibrants comme M. Georges Pioch, ou de poètes de la nature comme M. Ghéon, s'ils ne se cantonnaient sauf M. Albert Fleury, dans l'alexandrin libéré et dans une formule de prose tant soit peu vague, pompeuse et déclamatoire. C'est avec une affection d'ingénuité, un peu trop de rhétorique et d'éloquence. Ils ont le tort d'abonder en programmes auxquels ils ne donnent pas toute satisfaction (à dire vrai ils ne sont pas les seuls). M. de Bouhélier, le chef reconnu de l'École, a fait entendre trop souvent ses proclamations qui masquèrent ce que laissait voir de talent ses œuvres de début et la valeur d'un réel labeur, aux fruits inégaux mais intéressants. M. Montfort dépense autour de ses émotions un peu trop de [43] mots. M. Abadie publie de jolis vers. Il faut, je crois, considérer l'état actuel du naturisme comme transitoire; il est probable que ces jeunes écrivains, à qui ne manquent point des dons d'abondance, d'émotion et de facilité, verront leur idéal se présenter à leurs yeux plus complexe, et que leur développement personnel dépassera leurs doctrines présentes. Tout groupe nouveau a besoin d'éviter l'influence de celui qui l'a précédé presque immédiatement et d'apporter d'autres ambitions et une esthétique différente. C'est ce qui explique la critique injuste qu'ils appliquèrent à leurs immédiats prédécesseurs. On leur doit surtout souhaiter de rêver de progrès et non de réaction littéraire.

Quoi qu'il en soit de l'avenir du naturisme, de son développement futur, de sa diffusion, on peut dire qu'il ne tenta rien que d'autres n'aient en une autre forme tenté, et que le naturisme n'est point très différent, sauf couleur verbale, de l'amour de la nature, selon MM. Jammes, ou Paul Fort. M. Paul Fort, qui tient au symbolisme par sa curiosité de formule neuve, a condensé, sous le titre de ballades, un grand luxe d'images, de métaphores, de versets émus. Très inégal, quelquefois doué d'un don de synthèse jolie, parfois à côté et se trompant à fond, il est rarement indifférent. Il a compris la poésie populaire et s'en est heureusement servi. Sur les confins du symbolisme nous trouvons un artiste des plus intéressants et des plus doués, M. Saint-Pol Roux. Gongoriste et précieux souvent à l'excès, exagérant des facultés remarquables de vision aiguë et précise, trouveur infatigable de métaphores quelquefois justes, toujours hardies, souvent exquises, qu'il développa en courts poèmes en prose dont la formule fut, il y a dix ans, presque imprévue, M. Saint-Pol Roux sait aussi peindre de larges fresques, et son drame, la Dame à la faulx, offre, dans une complication peut-être trop touffue, des scènes belles et grandes; c'est un des meilleurs efforts de ces derniers temps.

Mais comme nous l'avons dit, le symbolisme est un mouvement si large que ni le vers librisme seul, ni la recherche des symboles, vers laquelle d'aucuns s'efforcent en se servant du vers traditionnel, ne peuvent complètement l'enclore, et quoique fidèle à la technique du passé, et rénovant sa langue aux sources du XVIe siècle, c'est avec le symbolisme que se compte le vaillant pamphlétaire, et l'éloquent chanteur de la beauté, le poète de premier ordre qu'est M. Laurent Tailhade. C'est le souci du neuf qui range du même côté un artiste comme M. Albert Mockel, critique sincère et profond, poète doué, et un artiste fougueux et violent comme M. Emile Verhaeren. C'est d'origine symboliste qu'est M. Adolphe Retté, comme M. Robert de Souza; c'est un symboliste, encore que son dernier livre se retrempe volontiers aux sources de pitié sociale que M. Stuart Merrill, qui ajouta aux formes connues du vers quelques rythmes, particulièrement un vers de quatorze syllabes qui est un alexandrin plus long, et viable, dans son harmonie également balancée. Symboliste, M. Valentin Mandelstamm, un esprit très libre dont le vers frissonne souvent [44] d'images neuves et justes. Aussi M. F. T. Marinetti, poète très personnel et coloriste très doué. Aussi M. Tristan Klingsor qui a apporté d'élégantes chansons de joie et un Orient joli, et M. Edmond Pilon qui eut de très tendres pages, et des dons remarquables de rythmiste et une valeur de décorateur ingénieux. Aussi M. Henry Degron qui a de jolies chansons émues. De même M. André Fontainas qui use le plus souvent d'un alexandrin, puisé aux sources mallarméennes pour la concision, traditionnel néanmoins pour la cadence, est un symboliste par l'essence même de ses recherches. C'est encore sous le nom de symbolisme bien des efforts différents, mais si l'on se reporte au romantisme, on conviendra, je pense, que Lamartine était un romantique; — or, qu'y a-t-il de moins romantique au sens qui s'imposa sur le tard, de par Hugo et Gautier, que Lamartine et les poètes lamartiniens.

Ainsi, parnassien par la forme, symboliste par le fond, M. Sébastien Charles Leconte est fort difficile à classer, sauf parmi les poètes de grand talent, si l'on ne fait abstraction d'école. Il y a une large nuance entre lui et les Parnassiens nouveaux tels que M. de Guerne, tels que tout différent M. Jacques Madeleine, l'auteur d'Hellas et A l'Orée, si curieusement sylvain. M. Henry Barbusse ne s'associerait à aucun groupe, sauf à celui des intimistes, à Jammes, à Rivoire, encore que bien loin d'eux en ses soucis de notation très claire, et de rythmique traditionnelle.

Maintenant que la liberté du vers est admise, que la recherche des analogies, l'imprévu de la métaphore, les libertés de syntaxe, le droit au sérieux profond, à la traduction nette de la méditation, même un peu abstruse, que demandait le symbolisme en ses premières œuvres, le droit à la vie vraie sans rhétorique qu'il réclamait sont en principe admis, le symbolisme se développera encore, fera éclater la gaine si fragile de son titre, et se décomposera encore en courants divers qui n'ont pas de désignations, mais à qui les noms des principaux poètes symbolistes peuvent en tenir lieu, et on marchera vers une poésie de plus en plus libre et ample. Tout mouvement qui conclut vers une somme plus large de liberté a raison. Le symbolisme eut donc raison à son heure, il aura raison dans ses conséquences, et quand on aura compris qu'il n'avait rien de commun avec l'occultisme, avec l'hermétisme, et des gageures maladroites, ou d'incompréhensifs et compromettants disciples, on rendra pleine justice à sa tendance et aux œuvres qui le représentent.

 

 

 

 

Erstdruck und Druckvorlage

La Revue (Ancienne Revue des Revues).
Bd. 37, 1901, 1. April, S. 36-51.

Unser Auszug: S. 42-44.

Gezeichnet: GUSTAVE KAHN.

URL: https://catalog.hathitrust.org/Record/100536637

Die Textwiedergabe erfolgt nach dem ersten Druck (Editionsrichtlinien).


La Revue (Ancienne Revue des Revues)   online
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34430431m/date
URL: https://catalog.hathitrust.org/Record/100536637

 

 

Aufgenommen in

 

 

 

Werkverzeichnis


Verzeichnisse

Barre, André: Le Symbolisme. Essai historique sur le mouvement symboliste en France de 1885 à 1900.
Suivi d'une Bibliographie de la poésie symboliste. Paris: Jouve 1911.
[Bd. 2:] Bibliographie de la poésie symboliste.
URL: https://archive.org/details/lesymbolismeessa00barr
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k21337s

Talvart, Hector / Place, Joseph: Bibliographie des auteurs modernes de langue française (1801-1949).
Bd. 10. Paris: Éditions de la Chronique des lettres françaises 1950.
S. 213-223: Kahn.

Ireson, John C.: L'oeuvre poétique de Gustave Kahn.
Paris: Nizet 1962.
S. 632-671: Liste chronologique des écrits de Kahn.



Kahn, Gustave: [Rezension zu:] Jean Moréas: Les Cantilènes.
In: La Vogue.
7.-14. Juni 1886, S. 245-248. [PDF]

Kahn, Gustave: Réponse des Symbolistes.
In: L'Événement.
1886, 28. September, S. *3. [PDF]

Kahn, Gustave: Les Palais nomades.
Paris: Tresse et Stock 1887.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54841r

Kahn, Gustave: Chronique de la littérature et de l'art.
Paul Verlaine, par Jules Lemaître.
In: La Revue indépendante.
1888, Februar, S. 287-293.
URL: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32860109n/date
Vgl.
Jules Lemaître: M. Paul Verlaine et les poètes "symbolistes" & "décadents".
In: Revue bleue.
1888, Nr. 1, 7. Januar, S. 2-14.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32861147f/date

Kahn, Gustave: Chronique de la littérature et de l'art.
A M. Brunetière
In: La Revue indépendante.
1888, Dezember, S. 481-486.
URL: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32860109n/date
Vgl.
Ferdinand Brunetière: Symbolistes et Décadens.
In: Revue des Deux Mondes.
1888, 1. November, S. 213-226.
URL: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32858360p/date
URL: https://archive.org/details/p6revuedesdeux1888pariuoft

Kahn, Gustave: Chansons d'Amant.
Bruxelles: Lacomblez 1891.
URL: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k825741
URL: https://archive.org/details/chansonsdamant00kahnuoft

Kahn, Gustave: Domaine de fée.
Paris u. Bruxelles: Edition de la "Société nouvelle" 1895.
URL: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5727152g

Kahn, Gustave: Premiers poèmes.
Avec une préface sur le vers libre.
Les Palais Nomades – Chansons d'amant – Domaine de fée.
Paris: Mercure de France 1897.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10732563
URL: https://archive.org/details/premierspomes00kahngoog [Troisième édition. 1897]
URL: https://catalog.hathitrust.org/Record/001797274
URL: http://obvil.sorbonne-universite.site/corpus/nomcorpus/kahn_preface-vers-libre/

Kahn, Gustave: Zola.
In: La revue blanche.
Bd. 15, 1898, 15. Februar, S. 269-274.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb344304470/date

Kahn, Gustave: Arthur Rimbaud.
In: La revue blanche.
Bd. 16, 1898, 15. August, S. 592-601.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb344304470/date

Kahn, Gustave: Stéphane Mallarmé.
In: La Critique.
Jg. 4, 1898, Nr. 88, 20. Oktober, S. 181.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32752686k/date

Kahn, Gustave: De l'évolution de la poésie au XIXe siècle.
In: Revue franco-allemande. Deutsch-französische Rundschau.
Jg. 2, 1900, Bd. 3, Nr. 26, 25. Januar, S. 43-48.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32859722g/date

Kahn, Gustave: L'Esthétique de la rue.
Paris: Fasquelle 1901.
URL: https://archive.org/details/lesthetiquedelar00kahn
URL: https://catalog.hathitrust.org/Record/100578866

Kahn, Gustave: La Littérature des jeunes et son orientation actuelle.
In: La Revue (Ancienne Revue des Revues).
Bd. 37, 1901, 1. April, S. 36-51.
URL: https://catalog.hathitrust.org/Record/100536637

Kahn, Gustave: Le Parnasse et l'Esthétique parnassienne.
In: La revue blanche.
Bd. 26, 1901, September, S. 5-24.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb344304470/date

Kahn, Gustave: Les Origines du Symbolisme, 1879-1888.
In: La revue blanche.
Bd. 26, 1901, November, S. 321-348.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb344304470/date
URL: https://catalog.hathitrust.org/Record/100321961

Kahn, Gustave: Symbolistes et Décadents.
Paris: Vanier 1902.
URL: https://archive.org/details/symbolistesetd00kahnuoft
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k214101 [Reprint 1993]
URL: https://catalog.hathitrust.org/Record/001790483
URL: http://obvil.sorbonne-universite.site/corpus/critique/kahn_symbolistes-et-decadents/

Kahn, Gustave: Le Baudelairianisme.
In: La Nouvelle Revue.
Nouvelle Série, Bd. 19, 1902, 15. November, S. 253-258.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34356973m/date

Kahn, Gustave: [Réponse à une enquête].
In: Georges Le Cardonnel & Charles Vellay: La Littérature contemporaine (1905).
Opinions des écrivains de ce temps.
Paris: Mercure de France 1905, S. 273-277.
URL: https://archive.org/details/lalittratureco00lecauoft

Kahn, Gustave: La Jeune Critique.
In: La Nouvelle Revue.
Nouvelle Série, Bd. 33, 1905, 15. April, S. 555-559.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34356973m/date

Kahn, Gustave: [Antwort auf eine Rundfrage zum vers libre].
In: Poesia. Rassegna internazionale.
Jg. 1, 1905, Heft 10-11, November-Dezember, [S. 33-35].
URL: http://bluemountain.princeton.edu/title.html?titleURN=bmtnaai

Kahn, Gustave: Le Vers libre.
3. Aufl. Paris: Figuière 1912.
URL: https://archive.org/details/leverslibre00kahn
URL: https://obvil.sorbonne-universite.fr/corpus/critique/kahn_vers-libre

 

 

 

Literatur

Basch, Sophie (Hrsg.): Gustave Kahn (1859 – 1936). Paris 2009 (= Rencontres, 3)

Boschian-Campaner, Catherine (Hrsg.): Le Vers libre dans tous ses états. Histoire et poétique d'une forme (1886 – 1914). Paris 2009.

Brandmeyer, Rudolf: Poetiken der Lyrik: Von der Normpoetik zur Autorenpoetik. In: Handbuch Lyrik. Theorie, Analyse, Geschichte. Hrsg. von Dieter Lamping. 2. Aufl. Stuttgart 2016, S. 2-15.

Brix, Michel: Poème en prose, vers libre et modernité littéraire. Paris 2014 (=  Collection "Détours littéraires").

Carmody, Francis: La doctrine du vers libre de Gustave Kahn (juillet 1886 – décembre 1888). In: Cahiers de l'Association internationale des études françaises 21 (1969), S. 37-50.

Cornell, Kenneth: The Post-Symbolist Period. French Poetic Currents, 1900-1920. New Haven 1958.

Décaudin, Michel: La crise des valeurs symbolistes. Vingt ans de poésie française 1895 – 1914. Genf u.a. 1981 (= Références, 11).

Edwards, Peter J.: Le Petit Traité de poésie française de Théodore de Banville. Bible parnassienne ou invitation à l'expérimentation libre? In: Romantisme 163 (2014), S. 91-100.

Jenny, Laurent: La fin de l'intériorité. Théorie de l'expression et invention esthétique dans les avant-gardes françaises (1885 – 1935). Paris 2002 (= Collection "Perspectives littéraires").
S. 46-59: Le vers libre ou la spatialité manquée.

Kirby-Smith, H. T.: The Origins of Free Verse. Ann Arbor 1998.

Lucbert, Françoise u.a. (Hrsg.): Gustave Kahn. Un écrivain engagé. Rennes 2013.

Murat, Michel: Le vers libre. Paris 2008 (= Littérature de notre siècle, 36).

Murat, Michel: L'initiateur du vers libre. In: Gustave Kahn (1859 – 1936). Hrsg. von Sophie Basch. Paris 2009 (= Rencontres, 3), S. 67-91.

Pedrazzini, Maria Cristina: L'écriture naturiste. In: Simbolismo e naturalismo fra lingua e testo. Atti del Convegno Università Cattolica di Milano, 25-26-27 settembre 2003. A cura di Sergio Cigada e Marisa Verna. Milano 2010, S. 459-475.

Pondrom, Cyrena N.: The Road from Paris. French Influence on English Poetry, 1900 – 1920. Cambridge 2010.

Scott, Clive: Vers libre. The Emergence of Free Verse in France, 1886 – 1914. Oxford 1990.

Steele, Timothy: Missing Measures. Modern Poetry and the Revolt Against Meter. Fayetteville u.a. 1990.

 

 

Edition
Lyriktheorie » R. Brandmeyer