Jules Huret

 

 

ENQUÊTE SUR L'ÉVOLUTION LITTÉRAIRE

 

Text
Editionsbericht
Werkverzeichnis
Literatur

»   »   »
Texte zur Theorie und Rezeption des Symbolismus

 

 

LES INDÉPENDANTS
    M. MAURICE MAETERLINCK

[Auszug]

 

Oui, disait Mæterlinck, je crois qu'il y a deux sortes de symboles: l'un qu'on pourrait appeler le symbole a priori; le symbole de propos délibéré; il part d'abstraction et tâche de revêtir d'humanité ces abstractions. Le prototype de cette symbolique, qui touche de bien près à l'allégorie, se trouverait dans le second Faust et dans certains contes de Gœthe, son fameux Mahrchen aller Mahrchen (?), par exemple. L'autre espèce de symbole serait plutôt inconscient, aurait lieu à l'insu du poète, souvent malgré lui, et irait, presque toujours, bien au-delà de sa pensée: c'est le symbole qui naît de toute création géniale d'humanité; le prototype de cette symbolique se trouverait dans Eschyle, Shakespeare, etc.

Je ne crois pas que l'œuvre puisse naître viablement du symbole; mais le symbole naît toujours de l'œuvre si celle-ci est viable. L'œuvre née du symbole ne peut être qu'une allégorie, et c'est pourquoi l'esprit latin, ami de l'ordre et de la certitude, me semble plus enclin à l'allégorie qu'au symbole. Le symbole est une force de la nature, et l'esprit de l'homme ne peut pas résister à ses lois. Tout ce que peut faire le poète, c'est se mettre, par rapport au symbole, dans la position du charpentier d'Emerson. N'est-ce pas? Le charpentier, s'il doit dégrossir une poutre, ne la place pas au-dessus de sa tête, mais sous ses pieds, et ainsi, à chaque coup de hache qu'il donne, ce n'est plus lui seul qui travaille, ses forces musculaires sont insignifiantes, mais c'est la terre entière qui travaille avec lui; en se mettant dans la position qu'il a prise, il appelle à son secours toute la force de gravitation de notre planète, et l'univers approuve et multiplie le moindre mouvement de ses muscles.

Il en est de même du poète, voyez-vous; il est plus ou moins puissant, non pas en raison de ce qu'il fait lui-même, mais en raison de ce qu'il parvient à faire exécuter par les autres, et par l'ordre mystérieux et éternel et la force occulte des choses; il doit se mettre dans la position où l'Eternité appuie ses paroles, et chaque mouvement de sa pensée doit être approuvé et multiplié par la force de gravitation de la pensée unique et éternelle! Le poète doit, me semble-t-il, être passif dans le symbole, et le symbole le plus pur est peut-être celui qui a lieu à son insu et même à l'encontre de ses intentions; le symbole serait la fleur de la vitalité du poème; et, à un autre point de vue, la qualité du symbole deviendrait la contre-épreuve de la puissance et de la vitalité du poème. Si le symbole est très haut, c'est que l'œuvre est très humaine. C'est à peu près ce que nous disions cette après-midi, s'il n'y a pas de symbole, il n'y a pas d'œuvre d'art.

Mais si le poète part du symbole pour arriver à l'œuvre, il est semblable au charpentier qui équarrit une poutre placée au-dessus de sa tête, et il a à vaincre toute la force de gravitation de son poème. Il navigue contre vents et contre marée. Il n'est plus entraîné bien au-delà de ses pensées par la force, les passions et la vie de ses créations, mais il est en guerre ouverte avec elles; car le symbole qui émane de la vie de tout être est bien plus haut et plus impénétrable que le plus merveilleux symbole préconçu, et la simple vie des êtres contient des vérités mille fois plus profondes que toutes celles que peuvent concevoir nos plus hautes pensées.

Si je parviens à créer des êtres humains, et si je les laisse agir en mon âme aussi librement et aussi naturellement qu'ils agiraient dans l'univers, il se peut que leurs actions contredisent absolument la vérité primitive qui était en moi et dont je les croyais fils; et cependant je suis sûr qu'ils ont raison contre cette vérité provisoire et contre moi, et que leur contradiction est la fille mystérieuse d'une vérité plus profonde et plus essentielle. Et c'est pourquoi mon devoir est alors de me taire, d'écouter ces messagers d'une vie que je ne comprends pas encore, et de m'incliner humblement devant eux.

A un point de vue plus restreint, il en serait de même des images qui sont les assises en quelque sorte madréporiques sur lesquelles s'élèvent les îles du symbole. Une image peut faire dévier ma pensée; si cette image est exacte et douée d'une vie organique, elle obéit aux lois de l'Univers bien plus strictement que ma pensée; et c'est pourquoi je suis convaincu qu'elle aura presque toujours raison contre ma pensée abstraite; si je l'écoute, c'est l'univers et l'ordre éternel des choses qui pensent à ma place, et j'irai sans fatigue au-delà de moi-même; si je lui résiste, on peut dire que je me débats contre Dieu...

 

 

 

 

Erstdruck und Druckvorlage

L'Echo de Paris. Journal littéraire et politique du matin.
1891, 15. Juni, S. 2.

Gezeichnet: Jules Huret.

Die Textwiedergabe erfolgt nach dem ersten Druck (Editionsrichtlinien).


L'Echo de Paris   online
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34429768r/date

 

 

Aufgenommen in

 

 

 

Werkverzeichnis

Huret, Jules: Enquête sur l'évolution littéraire.
Paris: Bibliothèque Charpentier 1891.
URL: https://archive.org/details/enqutesurlvo00hureuoft
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k49807k
URL: https://catalog.hathitrust.org/Record/001790466
URL: http://obvil.sorbonne-universite.site/corpus/critique/huret_enquete-litteraire/

Huret, Jules: Le Banquet des Symbolistes.
In: L'Echo de Paris.
1891, 4. Februar, S. 3.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34429768r/date1891

Huret, Jules: Les Revues des Jeunes.
In: Le Figaro. Supplément littéraire.
1892, 2. Januar, S. 12.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb343599097/date1892

Huret, Jules: Conversation avec M. Maurice Maeterlinck.
In: Le Figaro.
1893, 17. Mai, S. 1.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34355551z/date1893

Huret, Jules: Les littérateurs à la chambre.
M. Maurice Barrès.
In: Le Figaro.
1893, 31. Juli, S. 1-2.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34355551z/date1893

Huret, Jules: Les littérateurs et la politique. M. Emile Zola.
In: Le Figaro.
1893, 4. August, S. 2.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34355551z/date1893

Huret, Jules: Loges et Coulisses.
Paris: Editions de la Revue Blanche 1901.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55037j
URL: https://archive.org/details/logesetcoulisses00hureuoft

Huret, Jules: Tout yeux, tout oreilles [Préface d'Octave Mirbeau].
Paris: Fasquelle 1901.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k681352

Huret, Jules: En Allemagne. Berlin.
Paris: Fasquelle 1913.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5682434f


Huret, Jules: Interviews de littérature et d'art.
Vanves: Thot 1984 (= Patrimoine, 5).
Enthält die 1889 – 1905 im "Figaro" erschienenen Interviews;
mit einer Bibliographie der selbständig erschienenen Schriften Hurets (S. 15-16).


Huret, Jules: Enquête sur l'évolution littéraire.
Préface et notices de Daniel Grojnowski.
Paris: Corti 1999.

Van de Kerckhove, Fabrice: La correspondance Mallarmé – Huret.
In: Échanges épistolaires franco-belges.
Hrsg. von André Guyaux.
Paris: PUPS 2007, S. 149-184.

Mirbeau, Octave / Huret, Jules: Correspondance. Interview & articles.
Hrsg. von Pierre Michel.
Tusson: Du Lérot 2009.

Huret, Jules: Berlin. Récit
[Présenté par Julie de La Patellière].
Paris: Magellan & Cie 2012.

 

 

 

Literatur

Arouimi, Michel: Maeterlinck ou Naître par la mort. Paris 2018.

Arouimi, Michel: La métaphysique effeuillée dans les essais de Maeterlinck [extraits d'essais réunis et commentés]. Paris 2018.

Aubert, Nathalie u.a. (Hrsg.): La Belgique entre deux siècles. Laboratoire de la modernité 1880 – 1914. Oxford u.a. 2007 (= Romanticism and after in France, 12).

Bertrand, Jean-Pierre / Provenzano, François: Un laboratoire historiographique. L'"Enquête sur l'évolution littéraire" en Belgique (1891-1892). In: Romantisme 149 (2010), S.  77-89.

Biers, Katherine: Stages of thought. Emerson, Maeterlinck, Glaspell. In: Modern Drama 56 (2013), S. 457-477.

Biétry, Roland: Les théories poétiques à l'époque symboliste (1883 – 1896). Bern u.a. 1989 (= Publications Universitaires Européennes; Série 13, 152).   –   Reprint Genf 2001.
Vgl. S. 274-285.

Brandmeyer, Rudolf: Poetiken der Lyrik: Von der Normpoetik zur Autorenpoetik. In: Handbuch Lyrik. Theorie, Analyse, Geschichte. Hrsg. von Dieter Lamping. 2. Aufl. Stuttgart 2016, S. 2-15.

Cabral, Maria de Jesus: Mallarmé hors frontières. Des défis de l'oeuvre au filon symbolique du premier théâtre maeterlinckien. Amsterdam 2007.

Combe, Dominique: Mallarmé und der Symbolismus. In: Handbuch Fin de Siècle. Hrsg. von Sabine Haupt u.a. Stuttgart 2008, S. 125-137.

Gorceix, Paul: Les affinités allemandes dans l'oeuvre de Maurice Maeterlinck. Contribution à l'étude des relations du Symbolisme français et du Romantisme allemand. Nouvelle édition augmentée d'une postface. Paris 2005.

Gorceix, Paul: Maurice Maeterlinck. Le symbolisme de la différence. Paris 2005.

Gross, Stefan (Hrsg.): Maurice Maeterlinck und die deutschsprachige Literatur. Eine Dokumentation. Mindelheim 1985.

Hoffmann, Torsten u.a. (Hrsg.): Echt inszeniert. Interviews in Literatur und Literaturbetrieb. Paderborn 2014.

Hooze, Robert / Verleysen, Catherine: George Minne, Maurice Maeterlinck et le symbolisme belge. Quelques facettes. In: L'Univers de George Minne et Maurice Maeterlinck. Bruxelles 2011, S.  122-179.

Illouz, Jean-Nicolas: Le Symbolisme. 2. Aufl. Paris 2014 (= Le Livre de Poche, 582).

McGuinness, Patrick: Maurice Maeterlinck and the Making of Modern Theatre. Oxford u.a. 2000.

Otten, Michel / Kerckhove, Fabrice van de (Hrsg.): Maeterlinck dans le monde. Le Monde de Maeterlinck. In: Textyles 41 (2012).
URL: https://doi.org/10.4000/textyles.75

Reichwein, Marc / Pilz, Michael: Das Interview. Quantitative und qualitative Aspekte einer feuilletonistischen Form. In: Feuilleton. Schreiben an der Schnittstelle zwischen Journalismus und Literatur. Hrsg. von Hildegard Kernmayer u. Simone Jung. Bielefeld 2017, S. 237-259.

Rime, Jean: Chercher querelle. L'Enquête sur l'évolution littéraire en procès. In: Revue Electronique de Littérature Française 9.2 (2015), S.  37-50.
URL: https://www.revue-relief.org/articles/abstract/10.18352/relief.915/

Roland, Hubert: Kulturtransfer und Nachdichtung. Über Autoren des belgischen Symbolismus und ihre Beziehung zur deutschen Literatur. In: Germanistische Mitteilungen 42.2 (2016), S. 45-62.

Seillan, Jean-Marie: L'interview. In: La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle. Hrsg. von Dominique Kalifa u.a. Paris 2011, S. 1025-1040.

Strohmann, Dirk: Die Rezeption Maurice Maeterlincks in den deutschsprachigen Ländern (1891-1914). Bern u.a. 2006.
S. 783-791: In den Jahren 1891-1914 in ausgewählten deutschsprachigen Zeitschriften erschienene Artikel über Maurice Maeterlinck.

Thérenty, Marie-Ève: La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au XIXe siècle. Paris 2007 (= Collection "Poétique").

Vaillant, Alain: L'Art de la littérature. Romantisme et modernité. Paris 2016 (= Études romantiques et dix-neuviémistes, 60).
Vgl. S. 250-253.

Yanoshevsky, Galia: L'Entretien littéraire. Anatomie d'un genre. Paris 2018 (= Études de littérature des XXe et XXIe siècles, 72).

 

 

Edition
Lyriktheorie » R. Brandmeyer