Tristan Corbière

 

 

Text
Editionsbericht
Literatur

 

                                Paria

 

5   QU'ILS se payent des républiques,
Hommes libres! — carcan au cou —
Qu'ils peuplent leurs nids domestiques!...
— Moi je suis le maigre coucou.

— Moi, — cœur eunuque, dératé
10   De ce qui mouille et ce qui vibre...
Que me chante leur Liberté,
À moi? toujours seul. Toujours libre.

— Ma Patrie... elle est par le monde;
Et, puisque la planète est ronde,
15   Je ne crains pas d'en voir le bout...
Ma patrie est où je la plante:
Terre ou mer, elle est sous la plante
De mes pieds — quand je suis debout.

— Quand je suis couché: ma patrie
20   C'est la couche seule et meurtrie
[210] Où je vais forcer dans mes bras
Ma moitié, comme moi sans âme;
Et ma moitié: c'est une femme...
Une femme que je n'ai pas.
25  
— L'idéal à moi: c'est un songe
Creux; mon horizon — l'imprévu —
Et le mal du pays me ronge...
Du pays que je n'ai pas vu.

Que les moutons suivent leur route,
30   De Carcassonne à Tombouctou...
— Moi, ma route me suit. Sans doute
Elle me suivra n'importe où.

Mon pavillon sur moi frissonne,
Il a le ciel pour couronne:
35   C'est la brise dans mes cheveux...
Et, dans n'importe quelle <langue>
Je puis subir une harangue;
Je puis me taire si je veux.

Ma pensée est un souffle aride:
40   C'est l'air. L'air est à moi partout.
[211] Et ma parole est l'écho vide
Qui ne dit rien — et c'est tout.

Mon passé: c'est ce que j'oublie.
La seule chose qui me lie
45   C'est ma main dans mon autre main.
Mon souvenir — Rien — C'est ma trace.
Mon présent, c'est tout ce qui passe
Mon avenir — Demain... demain

Je ne connais pas mon semblable;
50   Moi, je suis ce que je me fais.
Le Moi humain est haïssable...
— Je ne m'aime ni ne me hais.

— Allons! la vie est une fille
Qui m'a pris à son bon plaisir…
55   Le mien, c'est: la mettre en guenille,
La prostituer sans désir.

— Des dieux?... — Par hasard j'ai pu naître;
Peut-être en est-il — par hasard...
Ceux-là, s'ils veulent me connaître,
60   Me trouveront bien quelque part.

[212] — Où que je meure: ma patrie
S'ouvrira bien, sans qu'on l'en prie,
Assez grande pour mon linceul...
Un linceul encor: pour que faire?...
  Puisque ma patrie est en terre
Mon os ira bien là tout seul...

 

 

 

 

Erstdruck und Druckvorlage

Tristan Corbière: Les Amours jaunes.
Paris: Librairie du XIXe siècle. Glady frères 1873, S. 209-212.

URL: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k856525m
URL: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10578489
URL: https://catalog.hathitrust.org/Record/100116493

Die Textwiedergabe erfolgt nach dem ersten Druck (Editionsrichtlinien).

 

 

Kritische und kommentierte Ausgaben

 

 

 

Literatur

Brandmeyer, Rudolf: Poetologische Lyrik. In: Handbuch Lyrik. Theorie, Analyse, Geschichte. Hrsg. von Dieter Lamping. 2. Aufl. Stuttgart 2016, S. 164-168.

Coenen-Mennemeier, Brigitta: Dichter und Gedicht im lyrischen Selbstverweis. Zur Poetologie des französischen Symbolismus. Baden-Baden 2007 (= Ars poetica, 4).

Gérault, Iris: Corbière face à la critique (1873-1885). In: Revue d'Histoire littéraire de la France 118 (2018), S. 107-116.

Gleize, Jean-Marie: Le lyrisme à la question. In: Ders., Poésie et figuration. Paris, 1983, S. 104-125.

Gymnich, Marion / Müller-Zettelmann, Eva: Metalyrik: Gattungsspezifische Besonderheiten, Formenspektrum und zentrale Funktionen. In: Metaisierung in Literatur und anderen Medien. Theoretische Grundlagen – Historische Perspektiven – Metagattungen – Funktionen. Hrsg. von Janine Hauthal u.a. Berlin u.a. 2007 (= spectrum Literaturwissenschaft / spectrum Literature, 12), S. 65-91.

Ischi, Stéphane: Charles Cros et Tristan Corbière, itinéraires parallèles. In: Cahiers Tristan Corbière 2 (2019), S. 67-82.

Jarrety, Michel (Hrsg.): La poésie française du Moyen Âge au XXe siècle. Paris 2007 (= Collection "Quadrige").

Lair, Samuel (Hrsg.): Fortunes littéraires de Tristan Corbière. Paris 2012.

Lunn-Rockliffe, Katherine: Tristan Corbière and the Poetics of Irony. Oxford 2006.

Martus, Steffen u.a. (Hrsg.): Lyrik im 19. Jahrhundert. Gattungspoetik als Reflexionsmedium der Kultur. Bern u.a. 2005 (= Publikationen zur Zeitschrift für Germanistik, 11).

Mortelette, Yann (Hrsg.): Tristan Corbière en son temps. In: Revue d'Histoire littéraire de la France 118 (2018), S. 3-148.

Murat, Michel: Le vers libre. Paris 2008 (= Littérature de notre siècle, 36).

Rannou, Pascal: De Corbière à Tristan. Les amours jaunes, une quête de l'identité Nouvelle éd. Paris 2019.

Roger, Thierry: La muse au couteau. Lecture des Amours jaunes de Tristan Corbière. Mont-Saint-Aignan 2019.

Selbmann, Rolf: Dichterberuf. Zum Selbstverständnis des Schriftstellers von der Aufklärung bis zur Gegenwart. Darmstadt 1994.

 

 

Edition
Lyriktheorie » R. Brandmeyer