Charles Baudelaire

 

 

Salon de 1846

XVIII. De l'héroïsme de la vie moderne.

 

Text
Editionsbericht
Übersetzung
Werkverzeichnis
Literatur

»   »   »
Texte zur Baudelaire-Rezeption
Texte zur Theorie und Rezeption des Symbolismus
Diskussion: Moderne

 

Beaucoup de gens attribueront la décadence de la peinture à la décadence des mœurs (1). Ce préjugé d'atelier, qui a circulé dans le public, est une mauvaise excuse des artistes. Car ils étaient intéressés à représenter sans cesse le passé; la tâche est plus facile, et la paresse y trouvait son compte.

Il est vrai que la grande tradition s'est perdue, et que la nouvelle n'est pas faite.

[126] Qu'était-ce que cette grande tradition, si ce n'est l'idéalisation ordinaire et accoutumée de la vie ancienne; vie robuste et guerrière, état de défensive de chaque individu qui lui donnait l'habitude des mouvements sérieux, des attitudes majestueuses ou violentes. Ajoutez à cela la pompe publique qui se réfléchissait dans la vie privée. La vie ancienne représentait beaucoup; elle était faite surtout pour le plaisir des yeux, et ce paganisme journalier a merveilleusement servi les arts.

Avant de rechercher quel peut être le côté épique de la vie moderne, et de prouver par des exemples que notre époque n'est pas moins féconde que les anciennes en motifs sublimes, on peut affirmer que puisque tous les siècles et tous les peuples ont eu leur beauté, nous avons inévitablement la nôtre. Cela est dans l'ordre.

Toutes les beautés contiennent, comme tous les phénomènes possibles, quelque chose d'éternel et quelque chose de transitoire, – d'absolu et de particulier. La beauté absolue et éternelle n'existe pas, ou plutôt elle n'est qu'une abstraction écrémée à la surface générale des beautés diverses. L'élément particulier de chaque beauté vient des passions, et comme nous avons nos passions particulières, nous avons notre beauté.

Excepté Hercule au mont Œta, Caton d'Utique et Cléopâtre, dont les suicides ne sont pas des suicides modernes (1), quels suicides voyez-vous dans les ta[127]bleaux anciens? Dans toutes les existences païennes, vouées à l'appétit, vous ne trouverez pas le suicide de Jean-Jacques, ou même le suicide étrange et merveilleux de Rastignac.

Quant à l'habit, la pelure du héros moderne, – bien que le temps soit passé où les rapins s'habillaient en mamamouchis et fumaient dans des canardières, – les ateliers et le monde sont encore pleins de gens qui voudraient poétiser Antony avec un manteau grec, ou un vêtement mi-parti.

Et cependant, n'a-t-il pas sa beauté et son charme indigène, cet habit tant victimé? N'est-il pas l'habit nécessaire de notre époque, souffrante et portant jusque sur ses épaules noires et maigres le symbole d'un deuil perpétuel? Remarquez bien que l'habit noir et la redingote ont non seulement leur beauté politique, qui est l'expression de l'égalité universelle, mais encore leur beauté poétique, qui est l'expression de l'âme publique; – une immense défilade de croque-morts, croque-morts politiques, croque-morts amoureux, croque-morts bourgeois. Nous célébrons tous quelque enterrement.

Une livrée uniforme de désolation témoigne de l'égalité; et quant aux excentriques que les couleurs tranchées et violentes dénonçaient facilement aux yeux, ils se contentent aujourd'hui des nuances dans [128] le dessin, dans la coupe, plus encore que dans la couleur. Ces plis grimaçants, et jouant comme des serpents autour d'une chair mortifiée, n'ont-ils pas leur grâce mystérieuse?

M. EUGÈNE LAMI et M. GAVARNI, qui ne sont pourtant pas des génies supérieurs, l'ont bien compris: – celui-ci, le poëte du dandysme officiel; celui-là, le poëte du dandysme hasardeux et d'occasion! – En relisant le livre du Dandysme, par M. Jules Barbey d'Aurevilly, le lecteur verra clairement que le dandysme est une chose moderne et qui tient à des causes tout à fait nouvelles.

Que le peuple des coloristes ne se révolte pas trop; car, pour être plus difficile, la tâche n'en est que plus glorieuse. Les grands coloristes savent faire de la couleur avec un habit noir, une cravate blanche et un fond gris.

Pour rentrer dans la question principale et essentielle, qui est de savoir si nous possédons une beauté particulière, inhérente à des passions nouvelles, je remarque que la plupart des artistes qui ont abordé les sujets modernes se sont contentés des sujets publics et officiels, de nos victoires et de notre héroïsme politique. Encore les font-ils en rechignant, et parce qu'ils sont commandés par le gouvernement qui les paye. Cependant il y a des sujets privés, qui sont bien autrement héroïques.

Le spectacle de la vie élégante et des milliers d'existences flottantes qui circulent dans les souterrains d'une grande ville, – criminels et filles entretenues, – la [129] Gazette des Tribunaux et le Moniteur nous prouvent que nous n'avons qu'à ouvrir les yeux pour connaître notre héroïsme.

Un ministre, harcelé par la curiosité impertinente de l'opposition, a-t-il, avec cette hautaine et souveraine éloquence qui lui est propre, témoigné, – une fois pour toutes, – de son mépris et de son dégoût pour toutes les oppositions ignorantes et tracassières, – vous entendez le soir, sur le boulevard des Italiens, circuler autour de vous ces paroles: "Etais-tu à la Chambre aujourd'hui? as-tu vu le ministre? N... de D...! qu'il était beau! je n'ai jamais rien vu de si fier!"

Il y a donc une beauté et un héroïsme modernes!

Et plus loin: "C'est K. – ou F. – qui est chargé de faire une médaille à ce sujet; mais il ne saura pas la faire; il ne peut pas comprendre ces choses-là!"

Il y a donc des artistes plus ou moins propres à comprendre la beauté moderne.

Ou bien: "Le sublime b.....! Les pirates de Byron sont moins grands et moins dédaigneux. Croirais-tu qu'il a bousculé l'abbé Montès, et qu'il a couru sus à la guillotine en s'écriant: Laissez-moi tout mon courage!"

Cette phrase fait allusion à la funèbre fanfaronnade d'un criminel, d'un grand protestant, bien portant, bien organisé, et dont la féroce vaillance n'a pas baissé la tête devant la suprême machine!

Toutes ces paroles, qui échappent à votre langue, témoignent que vous croyez à une beauté nouvelle et [130] particulière, qui n'est celle ni d'Achille, ni d'Agamemnon.

La vie parisienne est féconde en sujets poétiques et merveilleux. Le merveilleux nous enveloppe et nous abreuve comme l'atmosphère; mais nous ne le voyons pas.

Le nu, cette chose si chère aux artistes, cet élément nécessaire de succès, est aussi fréquent et aussi nécessaire que dans la vie ancienne: – au lit, au bain, à l'amphithéâtre. Les moyens et les motifs de la peinture sont également abondants et variés; mais il y a un élément nouveau, qui est la beauté moderne.

Car les héros de l'Iliade ne vont qu'à votre cheville, ô Vautrin, ô Rastignac, ô Birotteau, – et vous, ô Fontanarès, qui n'avez pas osé raconter au public vos douleurs sous le frac funèbre et convulsionné que nous endossons tous; – et vous, ô Honoré de Balzac, vous le plus héroïque, le plus singulier, le plus romantique et le plus poétique parmi tous les personnages que vous avez tirés de votre sein!

 

 

[Die Anmerkungen stehen als Fußnoten auf den in eckigen Klammern bezeichneten Seiten]

[125] (1) Il ne faut pas confondre cette décadence avec la précédente: l'une concerne le public et ses sentiments, et l'autre ne regarde que les ateliers.   zurück

[126] (1) Celui-ci se tue parce que les brûlures de sa robe deviennent intolérables; celui-là parce qu'il ne peut plus rien faire pour la (127) liberté, et cette reine voluptueuse parce qu'elle perd son trône et son amant; mais aucun ne se détruit pour changer de peau en vue de la métempsycose.   zurück

 

 

 

 

Erstdruck und Druckvorlage

Baudelaire Dufaÿs: Salon de 1846.
Paris: Michel Lévy Frères 1846, S. 125-130.

URL: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8626546p

Die Textwiedergabe erfolgt nach dem ersten Druck (Editionsrichtlinien).

 

 

Aufgenommen in

 

 

Kommentierte und kritische Ausgaben

 

 

 

Übersetzung ins Deutsche

 

 

 

Werkverzeichnis


Verzeichnis

Vaillant, Alain: Oeuvres de Baudelaire: tableau chronologique des publications.
In: Baudelaire journaliste. Articles et chroniques.
Choix de textes, présentation, notes, chronologie, bibliographie et index par Alain Vaillant.
Paris: Flammarion 2011 (= GF, 1278), S. 327-357.



Baudelaire, Charles: Salon de 1846.
Paris: Michel Lévy Frères 1846.
URL: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8626546p

Baudelaire, Charles: Edgar Allan Poe, sa vie et ses ouvrages.
In: Revue de Paris.
1852: März, S. 138-156; April, S. 90-110.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb328579305/date

Baudelaire, Charles: Les Fleurs du mal.
Paris: Poulet-Malassis et de Broise 1857.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k70861t
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5834013m
PURL: http://mdz-nbn-resolving.de/urn:nbn:de:bvb:12-bsb10861668-7

Baudelaire, Charles: Notes nouvelles sur Edgar Poe.
In: Edgar Poe: Nouvelles histoires extraordinaires.
Traduction Charles Baudelaire.
Paris: Michel Lévy frères 1857, S. V-XXIV.
URL: http://catalog.hathitrust.org/Record/006061957

Baudelaire, Charles: Théophile Gautier.
In: L'Artiste.
1859, 13. März, S. 161-170.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb343612621/date

Baudelaire, Charles (Übers.): Edgar Poe, La Genèse d'un poëme.
In: Revue française.
1859, [20. April], S. 513-527.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32859632h/date

Baudelaire, Charles: Les Fleurs du mal.
Seconde édition augmentée de trente-cinq poëmes nouveaux.
Paris: Poulet-Malassis et de Broise 1861.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k70860g
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6151252j
PURL: http://mdz-nbn-resolving.de/urn:nbn:de:bvb:12-bsb10924360-9

Baudelaire, Charles: Richard Wagner et Tannhauser ä Paris.
Paris: Dentu 1861.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6221355j
PURL: http://mdz-nbn-resolving.de/urn:nbn:de:bvb:12-bsb10598230-2
URL: https://books.google.de/books?id=IB5wOJwgXfkC

Baudelaire, Charles: Réflexions sur quelques-uns de mes contemporains.
I: Victor Hugo
.
In: Revue fantaisiste.
1861, 15. Juni, S. 131-143.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34547104z/date
URL: https://catalog.hathitrust.org/Record/000675130

Baudelaire, Charles: Réflexions sur quelques-uns de mes contemporains.
IV: Théophile Gautier.
In: Revue fantaisiste.
1861, 15. Juli, S. 287-289.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34547104z/date
URL: https://catalog.hathitrust.org/Record/000675130

Baudelaire, Charles: Petits poèmes en prose. A Arsène Houssaye.
In: La Presse.
1862, 26. August, S. *1.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34448033b/date

Baudelaire, Charles: Le Peintre de la Vie moderne.
In: Figaro. 1863:
26. November, S. 1-5 (I-IV)
29. November, S. 1-5 (V-IX)
3. Dezember, S. 1-5 (Forts. IX-XIII). [PDF]
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34355551z/date

Baudelaire, Charles: Œuvres complètes.
Bd. I: Les Fleurs du mal.
Précédées d'une notice par Théophile Gautier.
Paris: Michel Lévy Frères 1868.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k71501c

Baudelaire, Charles: Œuvres complètes.
Bd. II: Curiosités esthétiques.
Paris: Michel Lévy Frères 1868.
URL: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1073236b
URL: https://catalog.hathitrust.org/Record/006141695
URL: https://books.google.de/books?id=UwoJAAAAQAAJ
PURL: http://mdz-nbn-resolving.de/urn:nbn:de:bvb:12-bsb10088220-9

Baudelaire, Charles: Œuvres complètes.
Bd. III: L'art romantique.
Paris: Michel Lévy Frères 1868.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10732385
URL: https://catalog.hathitrust.org/Record/006141695
URL: https://books.google.de/books?id=r2kGAQAAIAAJ
PURL: http://mdz-nbn-resolving.de/urn:nbn:de:bvb:12-bsb10088221-5



Œuvres complètes de Charles Baudelaire.
Correspondance générale.
Recueillie, classée et annotée par Jacques Crépet.
6 Bde. Paris: Louis Conard 1947-1953.

Bd. 1 (1947): 1833 - 1856.
URL: https://archive.org/details/oeuvrescompletes0000baud_r5u6

Bd. 2 (1947): 1857 - 1859.
URL: https://archive.org/details/oeuvrescompletes0000baud_x2t0

Bd. 3 (1948): 1860 - Septembre 1861.
URL: https://archive.org/details/oeuvrescompletes0000baud_m0y4

Bd. 4 (1948): Novembre 1861 - 1864.
URL: https://archive.org/details/oeuvrescompletes0000baud_b5u5

Bd. 5 (1949): 1865 & 1866.
URL: https://archive.org/details/oeuvrescompletes0000baud_k3m2

Bd. 6 (1953): Compléments et index.
URL: https://archive.org/details/oeuvrescompletes0008baud

 

 

 

Literatur

Bies, Michael u.a. (Hrsg.): Flüchtigkeit der Moderne. Eigenzeiten des Ephemeren im langen 19. Jahrhundert. Hannover 2017.

Brix, Michel: Modern Beauty versus Platonist Beauty. In: Baudelaire and the Poetics of Modernity. Hrsg. von Patricia A. Ward. Nashville 2001, S. 1-14.

Carrier, David: High Art. Charles Baudelaire and the Origins of Modernist Painting. University Park, Pa. 1996.
S. 11-22: The Style of the Argument in Baudelaire's Salon de 1846..

Chambers, Ross: Baudelaire's Paris. In: The Cambridge Companion to Baudelaire. Hrsg. von Rosemary Lloyd. Cambridge u.a. 2005, S. 101-116.

Chambers, Ross: Modern Beauty: Baudelaire, the Everyday, Cultural Studies. In: Romance Studies 26 (2008), S. 249-270.

Coblence, Françoise: Baudelaire, sociologue de la modernité. In: Baudelaire, du dandysme à la caricature. Hrsg. von John E. Jackson u.a. Paris 2003 (= L'Année Baudelaire, 7), S. 11-36.

Compagnon, Antoine u.a. (Hrsg.): L'année Baudelaire, Nr. 18-19 (2014-2015): Baudelaire antimoderne.

Froidevaux, Gérald: Baudelaire. Représentation et modernité. Paris 1989.

Grøtta, Marit: Baudelaire's Media Aesthetics. The Gaze of the Flâneur and 19th-Century Media. New York u.a. 2015.

Guan, Beibei / Cristaudo, Wayne: Baudelaire Contra Benjamin. A Critique of Politicized Aesthetics and Cultural Marxism. Lanham u.a. 2019.

Guégan, Stéphane: Naïveté et modernité autour de 1846. Baudelaire lecteur de Gautier? In: l'Année Baudelaire 3 (1997), S. 103-121.

Guégan, Stéphane: Le moment Baudelaire. In: Manet inventeur du Moderne [Paris, musée d'Orsay 5 avril – 3 juillet 2011]. Paris 2011, S. 135-138.

Guégan, Stéphane: Théophile Gautier, militant de la modernité. In: Manet. Le portrait de la vie. [Exposition 2012/13, Toledo Museum of Art, Toledo u.a. Commissaires de l'exposition: Royal academy of Arts, MaryAnne Stevens assistée par Sarah Lea; Toledo Museum of art, Lawrence W. Nichols] Bruxelles 2013, S. 34-41.

Gumbrecht, Hans U.: Art. Modern, Modernität, Moderne. In: Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland. Bd. 4. Stuttgart 1978, S. 93-131.

Heinich, Nathalie: L'élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique. Paris 2005 (= Bibliothèque des sciences humaines).
S. 238-244: Aristocratisme et dandysme.

Jauß, Hans R.: Ursprünge der Naturfeindschaft in der Ästhetik der Moderne. In: Romantik: Aufbruch zur Moderne. Hrsg. von Karl Maurer u.a. München 1991 (= Romanistisches Kolloquium, 5), S. 357-382.

Klinger, Cornelia: Art. Modern / Moderne / Modernismus. In: Ästhetische Grundbegriffe. Bd. 4. Stuttgart u.a. 2002, S. 121-167.

Laforgue, Pierre: Naïveté, modèle et idéal dans le Salon de 1846 de Baudelaire. In: Romantisme 98 (1997), S. 65-73.

Laforgue, Pierre: Ut pictura poesis. Baudelaire, la peinture et le romantisme. Lyon 2000 (= Collection: "Littérature et Idéologies").
Lloyd, Rosemary: Baudelaire's Literary Criticism. Cambridge u.a. 1981.

Martus, Steffen u.a. (Hrsg.): Lyrik im 19. Jahrhundert. Gattungspoetik als Reflexionsmedium der Kultur. Bern u.a. 2005 (= Publikationen zur Zeitschrift für Germanistik, 11).

Oehler, Dolf: Die antibourgeoise Ästhetik des jungen Baudelaire. Untersuchungen zum "Salon de 1846". 2 Mikrofiches. Egelsbach u.a. 1994.

Peters, Paul: Heine und Baudelaire oder: Die alchimistische Formel der Modernität. In: Baudelaire und Deutschland – Deutschland und Baudelaire. Hrsg. von Bernd Kortländer u.a. Tübingen 2005 (= Transfer, 19), S. 15-52.

Pichois, Claude / Avice, Jean-Paul: Dictionnaire Baudelaire. Tusson 2002.

Reichensperger, Richard: Moderne als urbane Erfahrung. Charles Baudelaires und Walter Benjamins Modernebegriff. In: Moderne als Konstruktion. Debatten, Diskurse, Positionen um 1900. Hrsg. von Antje Senarclens de Grancy u.a. Wien 2001 (= Studien zur Moderne, 14), S. 45-69.

Robb, Graham: Le Salon de 1846: Baudelaire s'explique. In: Nineteenth-Century French Studies 15 (1987), S. 415-424.

Singh, Sonam: Baudelaire without Benjamin: Contingency, History, Modernity. In: Comparative literature 64 (2012), S. 407-428.

Vaillant, Alain: Baudelaire, poète comique. Rennes 2007 (= Collection "Interférences").

Vaillant, Alain: La modernité littéraire. In: La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle. Hrsg. von Dominique Kalifa u.a. Paris 2011, S. 1523-1531.

Westerwelle, Karin: Baudelaire und Paris. Flüchtige Gegenwart und Phantasmagorie. Paderborn 2015.

Winko, Simone: Kodierte Gefühle. Zu einer Poetik der Emotionen in lyrischen und poetologischen Texten um 1900. Berlin 2003 (= Allgemeine Literaturwissenschaft. Wuppertaler Schriften, 7).
Vgl. S. 17-28 (Modernitätsthese).

 

 

Edition
Lyriktheorie » R. Brandmeyer